26 Juil

Hubic : Point de Montage sur Serveur Debian

Il n’est plus difficile aujourd’hui de trouver des espaces de stockage dans le cloud gratuits (dans une certaine limite). Un intérêt détourné est de pouvoir s’en servir comme d’un espace de backup/stockage (mais pas que) pour son pour son serveur dédié. En effet, bien souvent les serveurs low-cost viennent sans rien en dehors des disques dur locaux et en cas de perte ou corruption des disques, c’est le drame. Cet article va donc présenter comment monter sur un serveur debian un espace de stockage Hubic à l’aide de Hubicfuse. Hubic, c’est 25 Go gratuits, autant en profiter.

Article modifié le 2 oct. 2015 pour prendre en compte les dernières modifications d’authentification d’Hubic (refresh_token)

Pré-Requis à l’Installation

Bien entendu, le pré-requis essentiel est la création d’un compte sur Hubic. Ensuite, plus classiquement, il faut charger les librairies nécessaires à la compilation :

Et charger la dernière version d’HubicFuse disponible sur le github, ici la 1.0.1.

Compilation de Hubic Fuse

Là c’est assez simple.

Voilà, HubicFuse est maintenant installé sur son serveur Debian.

Configurer HubicFuse avec son compte Hubic

Il faut d’abord définir sur son compte Hubic une application :

hubicfuse
A noter que le domaine de redirection n’a pas vraiment d’importance. On crée dans son « $HOME » un fichier .hubicfuse contenant les paramètres correspondants :

Pour obtenir le refresh_token, on peut utiliser le script hubic_token fourni :

Il ne reste plus qu’à rapidement monter son espace Hubic pour tester :

Si tout s’est bien passé, l’espace devrait normalement être disponible.

Montage Automatique du compte Hubic

Pour pouvoir monter automatiquement avec le fstab, il faut d’abord avoir installé fuse-utils :

On peut maintenant rajouter la ligne suivante à son /ets/fstab et tester avec umount/mount :

Quelques Tests de Débits et Conclusion

En se servant de la commande dd, on peut se faire une idée rapide du débit de son point de montage. Ici, le dd va prendre en mémoire un nombre count de blocs de taille bs et copier vers le compte Hubic et réciproquement.

A comparer avec le débit du disque local du VPS.

Finalement, ce n’est pas trop mal, mais en vérité, après avoir utilisé Hubic sur plusieurs jours, j’ai aussi pu constater des débits de seulement 3 Mo/s. Clairement, on ne peut donc pas considérer Hubic comme une simple extension de son disque. N’importe quel disque sata récent atteint sans problème les 50 Mo/s. Mais c’est largement suffisant pour s’en servir comme d’un espace de back-up à l’aide de scripts dans la crontab etc. On pourra aussi s’en servir comme d’un espace pour son client transmission. Par contre, y mettre sa base de données sera une mauvaise idée.

Dans tous les cas, Hubic c’est 25 Go de stockage gratuit et pour 1 € par mois 100 Go. Sans vouloir faire de publicité, je n’ai pas d’actions OVH, c’est une solution (mais il y en a d’autre) tout à fait adaptée pour réaliser les sauvegardes de ses serveurs à moindre frais. Il n’y a donc plus d’excuse, comme on le voit encore trop souvent sur les forums, pour se retrouver un jour avec toutes les données critiques de ses serveurs perdues !

Une pensée sur “Hubic : Point de Montage sur Serveur Debian

    • Salut

      C’est possible, mais… Cette page ubuntu résume assez bien, aucune solution n’est vraiment satisfaisante. Exemple Grive qui cesse de fonctionner du jour au lendemain ! Si je devais en tester un, Google-drive-ocamlfuse a l’air d’être le plus prometteur.

      Perso, je cherche surtout une alternative gratuite à un point de montage NFS pour mon serveur, donc stable et maintenu. Même Hubic, à l’usage, est problématique. Il fini toujours par sauter et nécessite une relance manuelle. Mais une solution propre finira par venir 🙂

      Philippe

  1. Salut Phil !
    Grand merci pour ce tuto quoi que j’étais déjà arrivé au bout quand j’ai eu un doute sur la manière la plus simple de le mettre en boot auto -> d’ou que « googleu » m’a amené ici 🙂

    Tu rencontre encore des soucis avec niveau montage au boot ou est ce un peu n’importe quand?
    Si tu dispose de twitter ->@progerance
    Grand merci à toi et à bientôt !

    • Salut,

      Merci. Pour être honnête, j’ai laissé tomber hubicfuse, au moins pour le moment. Je n’avais pas de soucis au boot, mais au bout de 2 ou 3 semaines, le point de montage était mort et je devais le remonter manuellement. Rédhibitoire pour une utilisation serveur. Maintenant, si c’est pour ton PC bureautique, ce n’est pas gênant.

      Je n’ai pas ressayé depuis avec une version plus récente. Mais il n’est pas impossible que ce soit dû à des time-outs côté hubic. A re-tester donc.

  2. bonjour

    j’ai essayé, mais ca ne fonctionne pas, j’ai « Failed to authenticate. »
    A priori il faut un refreshtoken, mais comment je l’optien ?

    merci

    • Arf, hubic a changé les méthodes d’authentification.

      Il faut lancer le script /root/hubicfuse-master/hubic_token pour l’obtenir. Et mettre le ‘client_id’, ‘client_secret’ et ‘refresh_token’ dans le fichier /root/.hubicfuse et non plus /root/.cloudfuse !!

      Je vais mettre à jour le tuto !

      Merci pour la remarque 🙂

  3. merci pour ce tuto.
    Bien noter que pour le script hubic_token lorqu’il pose des questions il faut répondre, faire « entrer » au clavier ne mettra pas la valeur par défaut, vous aurez donc un Failed to authenticate.

  4. Bravo pour ce tuto qui a le mérite d’exister et d’être clair.

    En ce qui concerne la problématique de « fiabilité » dans le temps de la liaison avec les serveurs « hubiC », il n’y a pas de miracle, il faut s’y attendre au delà de plusieurs jours de connexions permanentes (voir même au delà de 24h dans qlqs cas rare!).
    Le plus simple est un « Stop-and-Start » lancé judicieusement en « crontab »
    En reprenant les infos du tuto, cela donnerait le script suivant:

    #!/bin/bash
    /bin/fusermount -u /mnt/hubic # Remplace « umount » efficacement dans ce cas.
    /bin/fusermount -u /mnt/hubic # Eh oui, 2 fois c’est plus sûr. (défini à l’usage, vécu !)
    /bin/sleep 3 # Pas forcément utile, si cela va trop vite pour certains.
    /usr/local/bin/hubicfuse /mnt/hubic -o noauto_cache,sync_read,allow_other

    Personnellement, environnement stable depuis plusieurs mois. « Stop-and-Start » à minuit, tljrs.

    Dernière information, 4 Giga – 1 Octet = taille maximale pour un fichier admissible par hubiC.

  5. Le tuto est en effet très clair, je l’ai suivi à la lettre et j’ai même copié-collé les commandes sur un Linux Mint 17.3 XFCE fraichement installé…

    Au lancement de la commande hubicfuse, j’ai un message « A segement cannot be larger than 5Gb » et la commande df -h ne donne rien, le répertoire /mnt/hubic reste désespéremment vide…

    Quelqu’un pourrait m’aider?

  6. Bonjour,

    Merci pour votre tuto.
    Par contre de mon coté ca ne fonctionne pas…
    Lorsque j’execute
    hubicfuse /mnt/hubic -o noauto_cache,sync_read,allow_other
    J’obtiens
    Failed to authenticate.

    J’ai bien complété : /root/.hubicfuse
    avec
    client_id=api_hubic_xxx
    client_secret=xxx
    refresh_token=xxx

    et le « ./hubic_token » me retourne « Succès! » à la fin.

    Ma machine de test est propre ( Debian 7 64B )

    • Bonjour

      Je suis bien ennuyé. Je viens de reproduire tout le tuto, j’ai même régénéré le refresh_token, et je monte le hubic sans problème d’authentification.

      Ce que je peux vous conseiller :
      – ré-essayer à un autre moment. Hubic était peut-être mal luné à ce moment là.
      – vérifier les droits du fichier .hubicfuse
      – régénérer à nouveau le fichier .hubicfuse

      Philippe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.